Agriculture durable

 

Nourrir le monde sans contribuer au changement climantique, sans détruire les sols et la biodiversité, tels sont les défis à relever. Evoluer vers une agriculture plus respectueuse de l’environnement est une nécessité absolue pour nos sociétés. Selon une étude parue en 2017, le déclin des abeilles et la chute vertigineuse – autour de 80 % – des populations d’insectes volants en Europe doit nous inciter à l’action. Des solutions viables existent déjà pour changer notre modèle agricole et évoluer vers une agriculture durable.

 

 Modèle agricole écologique et durable

 

Comment définir l’agriculture durable ?

 

Une agriculture durable utilise des techniques de culture qui permettent de préserver les sols, de limiter l’utilisation d’eau, le gaspillage et de limiter voire éradiquer l’utilisation d’intrants chimiques. Notre modèle agricole intensif actuel n’est plus soutenable en raison de son impact environnemental : émissions de CO2, aliments contaminés par les pesticides, maltraitance animal ou encore destruction de la biodiversité.

 

Plusieurs pistes pour une agriculture plus écologique

 

L’Agriculture raisonnée

 

Le principal objectif de l’agriculture raisonnée est d’optimiser le résultat économique de l’exploitation agricole en optimisant l’utilisation des intrants. Une certification est attribuée aux agriculteurs empruntant cette voie, le plus haut niveau correspond au label agriculture à Haute Valeur Environnementale (HVE).

L’agriculture raisonnée est critiquée car elle ne remet pas vraiment en cause le modèle actuel, de plus, les OGM y sont autorisés.

 

L’Agriculture biologique

 

L’agriculture biologique est probablement la plus démocratisée à l’heure actuelle, notamment en raison des différents labels permettant de distinguer les produits bio dans les magasins. La culture bio exclue l’utilisation d’OGM, de produits chimiques de synthèse et limite l’emploi d’intrants. La prise en compte du bien-être animal est également inscrite dans la réglementation sur l’agriculture biologique.

 

L’Agroécologie

 

L’agroécologie va encore plus loin que les techniques décrites plus haut. Il s’agit de fonctionner avec la nature et de profiter des services écologiques qu’elle offre pour optimiser le rendement des cultures. Ainsi, les pratiques agroécologiques sont basées sur des interactions entre espèces végétales et animales.

L’agroécologie accorde aussi une importance à la diversité génétique, elle cherche à limiter voire bannir les produits phytosanitaires, à enrichir la biodiversité des sols et à réduire le recours aux énergies fossiles.

> Consultez la définition de l’agroécologie pour en savoir plus

 

La Permaculture

 

La permaculture cherche à repenser l’ensemble de notre modèle de société et ne s’arrête pas simplement aux techniques de culture. D’ailleurs, un grand nombre des pratiques permacoles et agroécologiques visent les mêmes objectifs.

Avec leurs ouvrages sur le sujets, Bill Mollison et David Holmgren sont souvent considérés comme les théoriciens de la permaculture. En fait, elle s’inspire beaucoup de pratiques anciennes et oubliées depuis l’avènement au XXème siècle de l’agriculture moderne reposant sur la chimie et la mécanisation.

Share This