Pour les amateurs d’économie, Arte diffuse en ce moment une série documentaire consacrée à la théorie économique et plus précisément à l’apparition du capitalisme. Le 1er épisode se penche sur les origines du capitalisme et notamment l’influence d’Adam Smith. Avec les critiques qui abondent pour dénoncer l’absurdité de notre système économique, j’ai trouvé intéressant de me rafraîchir la mémoire.

Un grand nombre d’hommes politiques, d’économistes et d’entrepreneurs vénèrent aujourd’hui l’économiste Ecossais pour avoir posé les bases de ce système alimenté par le capital. On apprend entre autres dans le documentaire qu’il n’était en fait qu’un théoricien, il a simplement couché sur le papier ce à quoi il était confronté à son époque (les prémisses de la révolution industrielle) achat viagra 10 pilules. Il a aussi été inspiré par une école de pensée française, les Physiocrates. La France a donc toujours été en pointe en matière de théorie économique comme en témoigne encore aujourd’hui le prix Nobel de Jean Tirole. Nous sommes malheureusement un peu moins doués quand il s’agit de mettre tout ça en pratique !

Adam Smith n’est pas, comme beaucoup aiment à penser, le père du capitalisme. L’accumulation du capital apparaît en fait bien avant qu’il rédige « La Richesse des Nations ». Le processus a réellement commencé avec les premières grandes expéditions maritimes, à la fin du XVe  et au XVIe siècle, lorsqu’en Europe les explorateurs avaient besoin de réunir des sommes importantes pour construire les navires, engager des équipages, acheter des vivres. Ils cherchaient des financements et se sont donc naturellement tournés vers les marchands qui eux voyaient dans ces expéditions le moyen d’augmenter leurs profits en écoulant sur les marchés européens les précieuses denrées venues du Nouveau Monde. Dans le reportage, un des intervenants fait un parallèle entre la relation marchand – explorateur de l’époque et le binôme investisseur – entrepreneur d’aujourd’hui, le principe reste le même. Les perspectives de profits étants importantes, elles compensent le risque conséquent pris par le financier de l’opération.

trade_routes

La colonisation entamée par les européens au XVème siècle et le commerce triangulaire (Europe – Afrique – Amérique) qui ont suivi sont les deux composantes responsables de l’essor de l’économie de marché. Avant l’arrivée des colons, les hommes échangeaient des biens autrement, le troc et le partage étaient répandus. Après avoir tué un animal par exemple, le chasseur le dépeçait et en distribuait des morceaux à toutes les familles du village. On ne peut donc pas dire que l’Homme est avide par nature ou que toutes ses actions reposent uniquement sur la maximisation de son intérêt personnel. Eprouver des émotions et des sentiments nous caractérisent en tant qu’être humain et cela nous pousse à des actes qu’il est parfois difficile d’inclure dans une théorie économique qui se base sur des actes purement rationnels.

Pour conclure, il n’existe pas « d’ordre divin » selon lequel les agents économiques recherchent leur intérêt personnel dans chacune de leurs actions. L’argument de l’Homme égoïste par nature pour justifier notre mode de vie actuel ne tient pas la route. Nous agissons dans le cadre d’un système, et il nous pousse à agir dans ce sens. L’essor de la consommation collaborative nous aidera peut être à évoluer vers un modèle plus sain, basé sur le bien-être des individus. Je vous parlerai de l’économie du partage dans un prochain billet, cette nouvelle façon de consommer qui pourrait à terme révolutionner nos modes de vie.

Consultant SEO freelance dans la vie, j’ai réuni mes compétences professionnelles et mon engagement en faveur du développement durable au cœur du projet Green-economy.fr, le blog des acteurs de l’économie verte.

Share This