L’imprimante 3D a été le sujet de beaucoup d’articles et de reportages ces derniers mois. Des brevets tombés dans le domaine public il y a quelques années ont permis aux fabricants de proposer des modèles à des prix toujours plus abordables. Les industriels les utilisent déjà pour le prototypage et les architectes pour la réalisation de maquette, le gain de temps étant conséquent.

Fonctionnement similaire à l’imprimante 2D

On conçoit les objets en 3D à l’aide de logiciels de CAO comme Google SketchUp, on obtient alors un fichier utilisable par l’imprimante. A la place des cartouches d’encre, on trouve du filament en plastique qui est chauffé puis éjecté par une buse. Elle dépose la matière couche par couche à la manière d’un millefeuille. La lenteur du processus et la qualité des pièces fabriquées limitent pour l’instant les applications, mais la technologie évolue vite et on peut d’ores et déjà anticiper les bouleversements que provoquera cette nouvelle manière de concevoir des objets.

De profonds changements à prévoir dans l’industrie

Lorsqu’il sera possible d’imprimer à la chaîne des pièces de rechange pour nos ordinateurs, pour nos voitures, des meubles, (et même reproduire des pièces pour assembler une autre imprimante 3D!) on peut se demander si la Chine restera à l’avenir le leader de l’industrie manufacturière. Ce procédé nécessitant moins de mains d’oeuvre, on assistera probablement à une destruction massive d’emplois dans le secteur manufacturier et peut-être aussi dans le transport, illustrant le phénomène de destruction créatrice mis en lumière par l’économiste Joseph Schumpeter en 1942. Cela pourrait provoquer un rapatriement de l’outil de production en Europe, et c’est même l’objectif de Barack Obama qui souhaite faire des Etats-Unis un leader dans le domaine.

Cependant, le jour où nous imprimerons nos chaussures à la maison est encore loin. Les imprimantes actuelles destinées au grand public servent principalement à la création d’objets divers à l’utilité parfois douteuse, comme en témoigne le site de partage de fichiers 3D Thingiverse. Et maintenant vous commencez peut être à vous demander ce que fait un article sur les imprimantes 3D sur un site promouvant la croissance verte, j’y viens !

Quel impact environnemental ?

Imaginons des unités de production locales, au coeur des villes, où vous pourriez passer le soir après le boulot récupérer vos achats réalisés sur internet à la pause de midi. Cela permettrait d’économiser une quantité gigantesque de CO2 en réduisant le nombre de cargos qui sillonnent les océans sans oublier les camions qui envahissent nos routes.

Un fabricant a également lancé une imprimante capable d’utiliser du plastique issu d’une bouteille, cependant le recyclage de ce matériaux a des limites en effet ses propriétés se dégradent à chaque fois qu’il est transformé. Certaines entreprises spécialisées en biotechnologies comme le français Carbios cherche toutefois à remédier à ce problème.

Consultant SEO freelance dans la vie, j’ai réuni mes compétences professionnelles et mon engagement en faveur du développement durable au cœur du projet Green-economy.fr, le blog des acteurs de l’économie verte.

Share This