A l’heure où l’on parle de consommation responsable et de marketing éthique pour préserver les ressources naturelles et la biodiversité, les professionnels du marketing de la communication ont un rôle à jouer dans leur manière de s’adresser à leur audience pour changer ça :

“En ce temps là, on mettait des photographies géantes sur les murs, les arrêts d’autobus, les camions, les taxis. L’œil humain n’avait jamais été autant sollicité de toute son histoire, et on avait calculé qu’entre sa naissance et l’âge de dix-huit ans, toute personne avait été exposée en moyenne à 350 000 publicités. Il avait fallu deux mille ans pour en arriver là.” (Extrait du livre 99 francs de Frédéric Beigbeder)

Apparu il y a plus de 20 ans avec les premiers moteurs de recherche, le SEO ou référencement naturel est le moteur d’une stratégie d’inbound marketing dont l’objectif est d’attirer le consommateur à soi plutôt que de le harceler avec des messages publicitaires. Plus que jamais, il représente aujourd’hui un canal d’acquisition de trafic majeur sur le web. Mieux. Il s’intègre parfaitement à une stratégie de marketing responsable. Je vous explique pourquoi dans cet article.

 

Le SEO n’est pas intrusif

 

Le SEO fait partie des techniques d’inbound marketing dont l’objectif est d’attirer le client/prospect à soi plutôt que d’aller vers lui.
Dans les situations de la vie quotidienne ou face à un problème au bureau, le premier réflexe pour bon nombre d’entre nous sera quasi-systématiquement d’effectuer une recherche sur Google.

Le SEO répond donc à un besoin réel exprimé par l’internaute, à l’opposé de l’aspect intrusif du matraquage publicitaire.

 

L’éco-conception web booste votre perf SEO

 

Je vous ai déjà parlé dans un précédent article de l’éco conception de sites web pour réduire l’empreinte écologique d’Internet.
La bonne nouvelle, c’est que le minimalisme est une des principales lignes directrices de la conception responsable de sites web. Il s’agit de se débarrasser du superflu pour se concentrer sur l’essentiel pour limiter la consommation d’électricité nécessaire pour consulter le site.

Ensuite, plus votre site est léger, plus il chargera rapidement et meilleure sera l’expérience utilisateur. Tout cela fait également progresser votre référencement naturel sur Google.

Efficience énergétique et performance SEO sont donc compatibles.

 

Le SEO repose sur la validation par le réseau

 

Google se base sur 3 piliers essentiels pour évaluer la qualité d’un site web et lui attribuer un classement dans son index : technique, sémantique et popularité.

  • Le volet technique correspond à la vitesse de chargement, à la structure du site ou encore à la qualité du code. Sans une base technique saine, il est difficile voire impossible d’obtenir les grâces des algorithmes.

 

  • Le volet sémantique correspond aux mots clés utilisés dans les contenus sur votre site. Chaque page doit être pensée et conçue pour répondre à un besoin précis matérialisé par des mots clés.

 

  • Le volet popularité – celui qui nous intéresse ici – est représenté par le fameux PageRank, un algorithme mesurant le nombre et la qualité des liens pointant vers une page web. Il est basé sur le principe suivant : un webmaster faisant un lien vers un site partenaire ou vers un article spécifique lui attribue un certain niveau de confiance, chaque lien est ainsi assimilé par l’algorithme PageRank à un vote.

 

Un contenu bien positionné dans les résultats naturels a été validé par d’autres personnes réelles tandis qu’il faut payer le prix fort pour diffuser une annonce sur un support bénéficiant d’une forte visibilité.

Bien qu’il existe des techniques pour tromper cet algorithme, il est constamment mis à jour depuis la naissance de Google et reste encore aujourd’hui un critère majeur pour évaluer la pertinence d’une page web.

Je reviendrai sur certaines pratiques peu éthiques utilisées par les professionnels du SEO dans un prochain article.

 

Google aime aussi le slow content

 

L’omniprésence de l’information – l’infobésité – à travers Internet et les réseaux sociaux provoque nécessairement une baisse de la qualité des contenus. La plupart des contenus publiés sur Twitter et Facebook ne sont jamais lus, le cerveau humain n’arrivant plus à suivre ce flux incessant. Aveuglés par le mirage technologique, certains prônent l’augmentation de l’être humain quand d’autres, plus réalistes, préconisent de revenir à des pratiques éditoriales plus raisonnables.

Le slow content s’inscrit dans ce mouvement slow qui nous incite à ralentir. Limiter le rythme des publications libère du temps pour plancher sur des contenus plus qualitatifs, plus longs et plus engageant pour les lecteurs. Des paramètres valorisés par les algorithmes des moteurs de recherche et par conséquent avec un impact positif sur votre positionnement.

 

Le SEO est durable

 

Si vous appliquez la bonne stratégie de contenu, les résultats seront au rendez-vous et pour longtemps. Il est courant de voir des articles de blog rester durant plusieurs années en 1ère page de Google dans le top 3 des positions.

Pour cela, il suffit de produire un contenu de qualité répondant précisément à l’intention de recherche de l’internaute. Au niveau de la forme, l’article est aéré et illustré, les passages importants sont mis en gras, il y a du rythme, on a vraiment envie de lire l’article jusqu’à la fin.

Au final, le SEO c’est un peu comme un potager en permaculture. Vous avez un gros travail au départ avec l’analyse de votre environnement (topographie, vents dominants, ensoleillement, qualité du sol, etc), la conception et le design puis la plantation. Par la suite, il suffit d’un entretien régulier pour récolter les fruits de son travail. Avec le SEO, c’est pareil. Vous fournissez beaucoup de travail au départ puis vous obtenez des retombées toute l’année et les années suivantes si vous prenez soin de mettre à jour régulièrement votre contenu.

Le SEO génère donc du trafic et des conversions de manière durable dans le temps.

 

SEO vs Réseaux sociaux

 

Pour faire apparaître les articles dans votre flux d’actualités, les réseaux sociaux utilisent des algorithmes analysant votre comportement sur la plateforme pour vous servir les contenus en rapport avec vos préférences. Si vous likez régulièrement des posts sur la création d’entreprise, vous verrez apparaître d’autres contenus de ce type, dont des annonces publicitaires. D’où le risque de s’enfermer dans une sorte de bulle sémantique.

Les moteurs de recherche demandent au contraire à l’utilisateur qu’il exprime son besoin plutôt que de consommer passivement un contenu sélectionné par une IA.

Besoin d'un conseil sur mesure pour votre stratégie SEO ?

Philippe Oberlé, fondateur de Green Economy

A travers ce blog créé en 2014, j’utilise mes compétences en acquisition de trafic pour donner de la visibilité à l’entrepreneuriat générant un impact positif sur la planète et la société. J’aborde aussi d’autres sujets comme l’investissement à impact, la RSE ou les énergies renouvelables.

Share This